Remerciements


Ce blog de poèmes est une façon de pour moi de m'exprimer, d'écrire mes émotions car j'aime ressentir les choses avec les mots.

Mes premiers textes, je dirai presque tous les textes ont été lus par mon compagnon. Je tenais à le remercier pour sa bienveillance, son indulgence. Il n'est jamais si évident de lire ce que ressens la personne que l'on aime, surtout que bien souvent mes textes étaient accompagnées de larmes.

Mais, si j’écris aujourd'hui, c'est ce que je suis en vie. Et je voudrais remercier le gynécologue de maman, le Docteur Jean-Marie Benamour qui a été  mon sauveur. Il n'a pas pris à  la légère cette boule dans mon sein. Il a fait accélérer tous ces contacts pour avoir un diagnostic rapide.

De cet homme bienveillant et professionnel, j'ai ensuite été transmise aux mains de deux centres, la clinique Hartmann  et  Institut Hospitalier Franco-Britannique à Levallois Perret.


On ne peut que remercier du fond du cœur toutes les équipes médicales qui ont su travailler en alliance. 
Le Docteur Olivier Bauduceau qui est le premier homme clé dans mon protocole de cancer, celui qui a m'a reçu avec mes parents pour nous expliquer ce qui allait m’arriver.... mastectomie, chimiothérapie, éventuellement radiothérapie et hormonothérapie.

La douceur, le temps, la bienveillance, l'écoute, l'empathie, toutes les qualités de mon cancérologue en qui j'ai donné ma confiance dès les premiers instants. Laisser sa vie entre les mains d'un médecin n'est pas un simple acte. Et se sentir bien avec l'Homme qui va être l'interlocuteur principal de tout le protocole n'est pas si facile à  accepter. Je le remercie lui et ses assistantes admirables aussi, Sylvie et Françoise.
Vient au tour du magicien, mon chirurgien plasticien, le Docteur Alexandre Leduey, qui avec son CV spectaculaire m'a très  rapidement laisser en confiance aussi. Comment laisser un médecin vous enlever un morceau de vous, celui qui a nourrit ma fille ? C'est extrêmement difficile.

Il a su par sa bienveillance, son professionnalisme, me faire accepter de donner mon sein, pour  rester en vie, pour voir grandir ma fille. Le magicien avec tout son staff est à remercier. La douceur de son assistante Angélique, ainsi que tout le service au premier étage.

J'ai beaucoup pleuré mon sein perdu en janvier 2018. Et l'équipe médicale de l'IHFB est juste formidable. Merci le service santé ! Je vais forcement oublier des gens, mais je vous remercie tous, tous ceux que j'ai croisés à l'hôpital.
Il y a une équipe, celle du savant avec les potions magiques,  Mon oncologue, le Professeur Aimery de Gramont. Il a su m’expliquer, m’accompagner, m’aider, m’écouter et trouver le remède de chimiothérapie qui permette aujourd’hui de me dire que je suis en rémission complète.  La rémission complète n’est pas une guérison. Mais elle permet de se dire que la vie est quand même gagnée ! Je compte sur lui pour mon suivi, pour continuer à chaque contrôle entendre me dire que tout va bien. Son assistante Chantal, le Docteur Gervais, le service d’oncologie du premier étage côté Hartmann a été à l’écoute de toutes mes souffrances.  Je remercie aussi toute l’équipe  « d'accompagnement », c'est-à-dire, ma sophrologue, mon psychologue, ma socio-esthéticienne, mon acupuncteur qui sont des soignants indispensables dans le processus pendant et après. Et ils devraient être obligatoires dans chaque service d’oncologie et de chimiothérapie. Le chemin n’est pas fini, le chemin de ma reconstruction physique et psychologique, ma résilience, accepter et essayer d’oubli : Le chemin est long, mais je sais que je suis entre de bonnes mains.

Merci à  toutes les personnes qui m’ont envoyé des messages, soutenus, mes collègues, ma société, les amis et copains réels ou virtuels. Les vrais amis qui viennent vous voir sont peu nombreux, mais seuls les meilleurs restent.

Bien évidement ma famille proche qui a été mon soutien, a veillé à prendre de mes nouvelles. Et quand je sentais le besoin de pouvoir être accompagnée, épaulée, et d’avoir envie de parler, ils ont été et sont indispensables dans ma vie. Je me suis rendu compte que j’avais de la chance d’avoir mes parents, mon frère, ma belle-sœur, mon compagnon près de moi. Quand on souffre, même en étant positive, mais ce n’est pas toujours le cas, on sait cela  quand on traverse ces moments là.

Je remercie bien évidement ma fille adorée qui m'a vue dans des moments très difficiles....qui de son jeune âge de 8 ans et demie a été merveilleusement courageuse. Et que j'aime tout mon être d'un amour qui ne s'explique pas, mais qui se vit. Et mon combat, ma reconstruction, ma volonté d’aimer la vie, c’est pour moi mais aussi pour elle. Pour la voir grandir et vieillir.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires